Les résultats de la recherche ouvriront dans une nouvelle fenêtre sur money.tmx.com.

Point de vue de TMX - Les facteurs du rendement supérieur des sociétés familiales à la TSX

5 novembre 2020

tmx.com

L'« entreprise familiale », le modèle d'organisation commerciale le plus ancien et le plus courant, évoque souvent l'image de la petite société locale gérée par des parents et qui provoque une course à la succession difficile entre les enfants lorsque le temps est venu. Une image qui ne pourrait pas être plus éloignée de la réalité. En effet, la plupart des sociétés familiales inscrites sur nos bourses stimulent la croissance de l'économie canadienne et encouragent l'entrepreneuriat.

Selon le récent rapport L'avantage familial, publié par la Banque Nationale du Canada (« BNC »), le rendement de ces entreprises contrôlées par des familles ou par leur fondateur est largement supérieur à celui de leurs homologues. Le rapport, qui a retenu l'attention de beaucoup au pays, met en lumière l'Indice BNC des entreprises familiales (l'« indice »). Il comprend 38 sociétés ouvertes canadiennes contrôlées par des familles dans différents secteurs à l'échelle du pays. Sur une période de quinze ans, de juin 2005 à juin 2020, l'indice a généré un rendement cumulatif total de 180,9 %, un niveau supérieur de plus de 4 000 points de base comparativement au rendement cumulatif total de l'Indice composé S&P/TSX*. Le rendement annuel moyen de la période s'est établi à 7,1 % pour l'indice contre 6,0 % pour l'Indice composé S&P/TSX. Les marchés canadiens sont depuis longtemps favorables et partenaires des sociétés contrôlées par des familles. Il est à noter que deux sociétés qui composent l'indice, Shopify Inc. et Canopy Growth Corporation, figurent également au palmarès TSX 30MD de cette année, un programme annuel des sociétés les plus performantes à la TSX sur une période de trois ans désignées selon l'appréciation du cours de l'action ajusté en fonction du dividende.

Comment expliquer ce rendement exceptionnel des entreprises familiales? Ces résultats peuvent probablement se comprendre par la résilience à toute épreuve née d'un actionnariat et d'une gestion qui s'échelonnent sur plusieurs générations ou sur le sens inné de responsabilité qui pousse à la croissance des affaires lorsqu'une famille est impliquée.

Le rapport de BNC, lui, souligne six facteurs principaux qui distinguent ces sociétés familiales.

  • Vision à long terme : Les sociétés familiales concentrent généralement leurs activités sur la création de valeur s'échelonnant sur plusieurs générations et les fondateurs font preuve de davantage de patience à l'égard du capital financier investi.
     
  • Rotation plus faible des dirigeants : Les chefs de la direction restent en poste plus longtemps ce qui a pour avantage de mieux préserver les connaissances de base des activités, des actionnaires et de la culture de la société.
     
  • Culture d'entreprise forte : La « philosophie d'un fondateur » définit la culture de son entreprise et est ancrée dans des valeurs familiales. Il est intéressant de noter dans le rapport la plus forte propension des sociétés familiales à valoriser et à mettre en œuvre des initiatives liées aux facteurs environnementaux, sociaux et relatifs à la gouvernance (« ESG »).
     
  • Prudence avec le levier financier : Les sociétés familiales sont capables de résister aux crises financières, car elles ont tendance à préserver le capital et à éviter le recours à une dette excessive.
     
  • Fusions et acquisitions ciblées : Avec une préférence accordée à la culture d'entreprise, la croissance exogène des entreprises familiales doit cadrer avec leur modèle d'affaires.
     
  • Importance de la recherche et développement : Les investissements en recherche et développement des sociétés familiales produisent plus de brevets et de nouveaux produits, ce qui témoigne de la priorité accordée à l'innovation.

Davantage de femmes à la direction de sociétés familiales

La proportion de femmes à la direction d'entreprises familiales au Canada est une autre donnée clé à retenir du rapport. Ainsi, 13 % des sociétés qui composent l'indice ont une femme dirigeante, comparativement à 5 % pour les sociétés de l'Indice composé S&P/TSX*, à 7 % des sociétés de l'U.S. Fortune 500 et à 3 % du Global Fortune 500.

Selon toute mesure, cet écart important témoigne d'un environnement plus propice à l'émancipation des femmes dans les sociétés familiales et qui doit probablement résulter des valeurs fondatrices de ces sociétés. La participation de la famille, des femmes comme des hommes, au développement de ces entreprises suggère un cadre moins sujet aux préjugés et une diversité inscrite dans la culture d'entreprise. Au sein de ces sociétés, les femmes donnent autant l'exemple que les hommes, ce qui a développé avec le temps une vision de la diversité ouverte à leur présence dans les postes de direction.

De nombreuses sociétés familiales partagent également un même modèle unique de gouvernance, modèle qui permet d'accroître cette proportion. Plus particulièrement, la structure de gestion peu hiérarchisée et l'esprit de dialogue et de débat qui permet à toutes et à tous d'avoir voix au chapitre ont permis aux femmes d'être plus écoutées et suivies.

Point de vue TMX : Accélérer l'arrivée des fondatrices de sociétés technologiques de prochaine génération

Cependant, il faut savoir raison garder. Les femmes dirigeantes des sociétés familiales canadiennes les plus performantes et qui façonnent l'économie du Canada le sont en raison de leurs connaissances, de leurs compétences et de leur talent et non de leur genre ou de leur nom de famille. Ce qui nous ramène au thème central du rapport de la Banque Nationale du Canada : le rendement supérieur. Le parcours de ces femmes dirigeantes est exemplaire et elles ne doivent leur réussite qu'à elles-mêmes.

De l'apprentissage dès le plus jeune âge des rouages des affaires à leurs efforts pour faire avancer leur carrière jusqu'à être reconnue comme meilleures candidates pour un poste au conseil d'administration par un comité de ressources humaines indépendant, les femmes se révèlent être les mieux placées pour des rôles de direction.

Le rapport de BNC va même plus loin et suggère que les sociétés familiales peuvent se permettre d'avoir le temps et le recul nécessaires pour former et encadrer la bonne personne pour un rôle, qu'elle soit membre de la prochaine génération de l'actionnaire de contrôle ou une candidate externe. L'idée reçue que les femmes se retrouvent parachutées dans des rôles de direction par des membres de la famille en raison de leur nom de famille est tout simplement fausse.

Alors que des voix toujours plus nombreuses se font l'écho d'une plus grande parité au sein des conseils d'administration et des équipes de haute direction, les sociétés familiales ouvertes montrent le chemin. Dans le cadre de nos efforts collectifs en vue d'atteindre la parité dans nos milieux de travail, l'ensemble des sociétés devraient s'intéresser aux conclusions de ce rapport. Non seulement cet objectif est-il réalisable pour les entreprises du Canada, mais il est démontré qu'il mène à un rendement supérieur.


Photo of Karoline Hunter

Karoline Hunter

Chef, Services aux sociétés de la TSX
Formation de capital 


Suivez Karoline sur LinkedIn

© TSX Inc., 2020. Tous droits réservés. Il est interdit de vendre ou de modifier le présent document sans le consentement préalable écrit de TSX Inc. Les renseignements qui figurent dans le présent article sont fournis à titre informatif seulement. Ni Groupe TMX Limitée ni ses sociétés affiliées n'attestent ou ne garantissent l'exhaustivité ou l'exactitude des renseignements qui figurent dans le présent document et ne sont responsables des erreurs ou des omissions que ceux-ci pourraient comporter ou de l'utilisation qui pourrait en être faite. Cet article ne vise aucunement à offrir des conseils d'ordre juridique, comptable, fiscal ou financier ou des conseils de placement, entre autres, et on ne devrait pas s'y fier à de telles fins. L'information fournie ne constitue pas une incitation à l'achat de titres inscrits à la Bourse de Toronto. Le Groupe TMX et ses sociétés affiliées ne cautionnent ni ne recommandent les titres mentionnés dans le présent article. 

* L'indice composé S&P/TSX est un produit de S&P Dow Jones Indices LLC (« SPDJI ») et de TSX Inc. (« TSX »). Standard & Poor'sMD et S&PMD sont des marques déposées de Standard & Poor's Financial Services LLC (« S&P »); Dow JonesMD est une marque déposée de Dow Jones Trademark Holdings LLC (« Dow Jones »); et TSXMD est une marque déposée de la TSX. SPDJI, Dow Jones, S&P, leurs sociétés affiliées et TSX ne cautionnent, n'endossent, ne vendent ni ne promeuvent aucun produit fondé sur l'Indice composé S&P/TSX, ne font aucune déclaration quant au bien-fondé d'un placement dans un tel produit et ne peuvent être tenues responsables d'erreurs, d'omissions ou d'interruptions de l'Indice composé S&P/TSX ou des données qui y sont associées.